« Nos C(h)oeurs évanescents » de Yuhki Kamatani, quand musique et hypersensibilité se mêlent

Titre : Nos C(h)oeurs évanescents

Auteur : Yuhki Kamatani

Éditons : Akata

Publication : 2020

Prix : 8€25


Résumé :

« Yutaka Aoi est un jeune garçon particulièrement sensible et réservé. Introverti, c’est grâce à la musique et au chant qu’il s’ouvre aux autres. Aussi, en entrant au collège, il souhtaite en intégrer la chorale. Avec sa voix d’ange très cristalline, il espère même devenir soprano. Mais tandis que la chorale manque de voix masculines, acceptera-t-on qu’il interprète une partie souvent confiée à des femmes ? »

Après « Eclat(s) d’âme », découvrez le nouveau chef d’oeuvre de Yuhki Kamatani ! A la manière des « Choristes », l’artiste met en scène un groupe d’adolescents qui se regroupent dans la chorale de leur établissement, à cette période si fragile qu’est l’adolescence. Un bijou de sensibilité qui ne manquera pas de faire parler de lui.


Mon avis :

Comment ne pas tomber amoureux de ce manga ? Rien que son titre et sa couverture mon fait fondre de bonheur, alors imaginez ce qu’à été la lecture ! C’est un petit bijou plein de bon sens et de sensibilité.

On y rencontre Yutaka Aoi, un enfant très sensible et passionné par le chant et plus largement la musique. Lorsqu’il découvre la chorale de sa nouvelle école, il décide de l’intégrer, et contre toute attente le jeune garçon, timide et introverti, possède une voix d’ange. S’engage alors une aventure autour du chant, de l’amitié mais aussi de la confiance en sois.

L’histoire bien que très poétique met pas mal de temps à démarrer. Mais le temps de mise en place du contexte et de l’histoire concorde avec le nombre de tomes sur lesquels cette saga va se déployer (8 tomes annoncés).

L’univers que l’on découvre est celui d’un petit garçon calme, introverti et passionné. L’histoire repose donc sur la naïveté de cet enfant et offre donc un récit, pur, simple et plein de sensibilité. Yutaka Aoi ressent tout les sons de façon décuplé. On plonge alors à ses côtés dans des larmes de joie à l’écoute de la chorale ou des petites crises de panique à l’entente de pleurs. Cette hypersensibilité est magnifiquement bien retranscrite puisque certaines doubles pages présentent de grandes illustrations ou est exploré graphiquement le ressenti du jeune garçon.

L’ambiance lyrique et poétique est très originale et donne à ce premier opus un gout de nouveauté indéniable ! Se plonger aux côtés de Aoi transforme totalement la vision parfois erronée de ce qu’est l’hypersensibilité.

J’ai vraiment apprécié le fait que cette histoire soit divertissante tout en faisant réfléchir. Pleins de thèmes sont abordés avec bien vaillance.

En somme, c’est un manga qui communique énormément d’émotions et qui est absolument sublime à découvrir. Je vous le recommande fortement !

Publicité

Une réflexion sur “« Nos C(h)oeurs évanescents » de Yuhki Kamatani, quand musique et hypersensibilité se mêlent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s