Un titre fort pour un petit livre déchirant : « Le chemin de fumée » de Rachel Hausfater

Titre : Le chemin de fumée

Auteur : Rachel Hausfater-Douïeb

Éditions : Seuil, Éditions du mercredi

Publication : 1998

Pages : 119

Prix : 10€


Résumé :

« Au sortir de la guerre et des camps de concentration, Shaïné, jeune adolescente, porte encore en elle une lueur de vie : elle attend un enfant. II s’appellera Zeïdé, comme le grand-père tant aimé. Mais de nouveau séparée de ce qui la rattache au monde des vivants, elle se confronte à ces autres enfants – ceux qui comme elle ont connu l’inacceptable -, à la folie et au vide profondément ancrés en eux. Avec des mots simples et d’une extraordinaire poésie, Shainé dit l’absence et la douleur. Son humanité est d’une violence qui n’a d’égale que l’atrocité du vécu. »


La petite histoire derrière l’achat :

Avant de vous parler réellement de ce petit livre, je vais vous raconter l’histoire de son achat. Car comme vous avez pu le lire, j’ai inscrit deux éditions dans la fiche du livre… Parce que j’en ai deux ! En arrivant à Gibert Joseph, j’ai été attirée par le bac à petits prix, et devinez quoi, il y avait un petit livre à 2€ intitulé « Le chemin de fumée » édité chez les Éditions du mercredi ! Pas la même couverture, pas le même format, pas le même résumé que le livre qui attend patiemment dans ma bibliothèque, lui aussi intitulé « Le chemin de fumée ». Mais pourtant c’était le même livre ! du coup je me suis retrouve avec deux éditions de ce livre : l’une publié en 1998 (même le prix est inscrit en francs), et l’autre datant de 2019 !

Du coup j’ai choisi de lire l’édition de 1998 car la couverture et la mise en page sont plus belles :).


Mon avis :

En lisant le titre et le résumé j’ai tout de suite su que ce livre allait me bouleverser. Le chemin de fumée est le nom donné au chemin qui conduisait les gens à la mort dans les camps de concentrations…

Le livre raconte la reconstruction et la vie dans l’après guerre d’une jeune fille brisée : Shaïné. Cette dernière à perdu son grand père, avec qui elle vivait après la disparition de ses parents, lors de leurs déportations. Shaïné, qui à survécu seule, va enfanter de Zeidé, une petite fille qu’elle aime de tout son coeur mais que l’on lui retire car sa mère n’est qu’une enfant…

« Le chemin de fumée » est bouleversant par son histoire mais aussi par la façon dont l’auteur écrit les pensées de Shaïné. L’écriture est naïve et contraste avec le thème du livre, renforçant la douleur et l’injustice qui se dégage de ce récit et de cette période sombre de l’Histoire.

Intelligemment écrit et plein de poésie, ce livre témoigne de la dure réalité de la vie des rescapés. Car survivre physiquement est une chose, mais le souvenir continu d’hanter ces pauvres enfants bien après le drame…

Je ne vais pas dire que j’ai aimé ce livre car ce n’est pas le cas. Il est dur, mais reste très important à découvrir. Ce qui est sur c’est qu’il m’a marqué et que je ne suis pas ressortie indemne de cette histoire bouleversante.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s