Hunger Games – La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur

Titre : Hunger Games, la ballade du serpent et de l’oiseau chanteur

Autrice : Suzanne Collins

Éditions : Pocket Jeunesse

Publication : 20 Mai 2020

Pages : 604

Prix : 19€90


Résumé :

« C’est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L’avenir de la maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d’astuce et d’inventivité pour faire gagner sa candidate.
Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l’échec, au triomphe ou à la ruine.
Dans l’arène, ce sera un combat à mort.
Pour assouvir son ambition, Coriolanus parviendra-t-il à réprimer l’affection grandissante qu’il ressent pour sa candidate, condamnée d’avance ? »


Mon avis :

J’ai eu peur de me lancer dans ce livre, peur que Suzanne Collins cherche des excuses aux actes impardonnables du président Snow, peur que ce préquel soir le livre de trop et gâche mon souvenir de cette saga coup de coeur qu’est Hunger Games. Mais contre toutes attentes, il n’en était rien de tout ces aprioris ! J’ai adoré ce livre qui à été un coup de coeur irréfutable !

Dans ce livre nous nous retrouvons dix ans après la guerre qui à opposée les districts au Capitol, aux côtés de Coriolanus Snow. Ce jeune homme, qui deviendra dans la saga Hunger Games : l’ignoble président Snow, est ici encore un étudiant qui cherche à faire ses preuves afin de gagner un prix qui lui permettrait d’intégrer et de payer les frais de scolarité de l’université. Car, bien que Snow et sa famille habitent au Capitol, ils sont loin de vivre dans l’opulence des habitant de cet espace privilégié que nous connaissons dans la saga initiale. La guerre leur a tout prit, mais les Snow tentent tant bien que mal de sauver les apparences.

Coriolanus va être, avec ses camarades de classe, désigné comme mentor pour la dixième édition des Hunger Games. C’est la première fois que ce processus est mis en place, ainsi que celui des sponsors, qui deviendront plus tard l’une des part les plus importante des Hunger Games. Snow se voit attribuer la tribue féminine du district douze, considérée comme le parti le moins intéressant car extrêmement pauvre, sans force physique et sans éducation… Mais Snow ne baisse pas les bras et va tout faire pour que Lucy Gray, sa tribue, remporte les Hunger Games, car son statu social et sa place à l’université en dépendent.

Bien que Suzanne Collins est déjà fait ses preuves avec sa trilogie « Hunger Games », ici, elle nous prouve son talent à travers sa plume, son histoire mais aussi toute la psychologie de Snow qu’elle est parvenue à saisir et retranscrire à merveille à l’écrit.

Snow se révèle être un personnage très complexe psychologiquement. Pages après pages, on découvre l’installation de sa psychologie terrifiante, car avant de devenir le personnage que l’on connait dans la saga, Snow était simplement un adolescent avide de reconnaissance. C’est en cherchant à faire ses preuves que ce dernier va s’engager sur des terrains glissants et devenir le personnage que l’on connait dans la saga. Sa soif de pouvoir va s’installer petit à petit, et ce qui est stupéfiant, c’est que l’on ne s’en rend même pas compte !

Pour ce qui est de la plume de Suzanne Collins, elle à nettement évolué depuis la saga Hunger Games. Ici, les descriptions sont riches et précises, l’ambiance est définie petit à petit, de façon très subtile et enfin, l’autrice prend le temps de planter le décors et de nous faire plonger dans cet univers dystopique effroyable.

Je trouve que l’intérêt de ce préquel réside dans le fait que l’on découvre le Capitol et les districts sous un nouveau point de vue et que l’on comprend comment des horreurs telles que les Hunger Games ont pu prendre place.

Je me suis attachée au personnage de Snow et j’avais vraiment envie qu’il réussisse ce qu’il entreprend, malgré ses idées parfois très sombres et inquiétantes… Je ne pesais pas que cela serait possible mais c’est là tout le génie de la plume de Suzanne Collins et de la complexité de son personnage. Elle parvient à nous révéler les deux facettes de Snow jusqu’à ce que l’une d’elle prenne le dessus.

« La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur » est aussi un livre avec de multiples intrigues. J’entends par là le fait que l’on y retrouve de la romance, pas très prenante mais bien présente ainsi que de l’action, comme dans la trilogie me direz-vous. Certes, mais cela reste différent car le point de vie est externe à l’arène.

Ce livre est un coup de coeur pour toute la complexité de l’histoire qu’il nous présente mais surtout pour son personnage que j’ai vraiment adoré ! Snow n’est pas foncièrement mauvais, il le devient…

Enfin bref, j’aurais encore tellement de chose à dire sur ce livre que cet article pourrait faire des kilomètre de long ! Mais je vais m’arrêter la. Rien ne vaut une lecture de ce livre pour comprendre ce qu’il dégage !

Publicité

4 réflexions sur “Hunger Games – La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s