« Call me by your name », du livre au film…

Découverte de l’histoire d’André Aciman :

Titre : Appelle-moi par ton nom / Call me by your name

Auteur : André Aciman

Éditions : Édition de l’Olivier (sous le titre « Plus tard ou jamais ») puis Éditions Grasset (pour la présente édition)

Publication : 2008, 2018 (Éditions Grasset)

Pages : 333

Prix : 20€90


Résumé :

« Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature.

Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. 

L’adolescent et le jeune professeur de philosophie s’apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion. 

Quand l’été se termine, Oliver repart aux États-Unis, et le père d’Elio lui fait savoir qu’il est loin de désapprouver cette relation singulière…« 


Mon avis :

Le titre surprenant de ce livre a prit tout son sens à la lecture. Lu en lecture commune avec mes amis : Nathan et Nina, « Appelle-moi par ton nom » est un livre qui m’a beaucoup intrigué et étonné. Il s’est révélé être parfois une lecture passionnante, et d’autre fois une lecture plate, qui me semblait être dénuée d’intérêt. Il n’empêche que ce livre m’a touché ; je vous explique pourquoi.

« Appelle-moi par ton nom » est un roman raffiné par son style et bouleversant par son histoire. Le premier amour, sa force et l’impuissance face à celui-ci, est ici découvert par Élio, un adolescent de 17 ans, en vacances dans la maison côtière de ses parents, en Italie.

Chaque année, ses parents accueillent un(e) étudiant(e) afin de lui permettre de séjourner dan ce petit coin paisible d’Italie le temps de finir d’écrire son manuscrit… L’été des 17 ans d’Élio, c’est Oliver, un américain qui va côtoyer la famille le temps d’un été. En apprenant à connaître Oliver, Élio découvre son homosexualité, se questionne et se passionne pour ses sentiments très épars.

L’écriture est minutieuse et nous plonge aisément aux côtés d’Élio. Malheureusement, je n’ai pas accroché à cette forme d’écriture tout au long du livre. Je pense notamment à la première partie, riche est description et en résurgence ponctuelle du passé de l’adolescent. À mes yeux, l’entrée dans le livre se fait très subtilement et je suis passé à côté.

Le livre est contemplatif, tout est lent mais semble tout de même plein de vie. Chaque description est nourrie des sentiments d’Élio et c’est bouleversant.

Découpé en quatre parties bien distincte, ce livre aborde la découverte des sentiments et de l’attirance sexuelle, les rapprochements mais aussi les fuites, les premiers ébats amoureux et la séparation. J’ai vraiment aimé la deuxième et la quatrième partie, tandis que je suis passée totalement à côté du reste de l’histoire…

Le livre s’adresse à un public avertis. De nombreuses scène de sexe sont décrite et pourrait choquer.

Je ne ressors pas boulversée de cette lecture, mais émue. Les mots d’André Aciman ont su trouver une place dans mon coeur.

Le soir même, j’ai décidé de me plonger dans l’adaptation cinématographie pour pouvoir la comparer au livre. Et la surprise fut grande !

Retour sur l’adaptation cinématographique :

Titre : Call me by your name

Réalisateur : Luca Guadagnino

Sortie : 28 février 2018

Avec : Avec Armie Hammer, Timothée Chalamet


Synopsis :

Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation, et il est proche de ses parents. Sa sophistication et ses talents intellectuels font d’Elio un jeune homme mûr pour son âge, mais il conserve aussi une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais.



Mon avis :

Quel coup de coeur ! Ce film est bouleversant et simplement parfait ! Les images sont apaisantes et l’esthétique donnée à cette adaptation est vraiment celle transcrite dans le livre.

J’ai préféré le film car les parties qui ne m’avait pas plues dans le livre ont été élaguées ou bien réécrites de façon à ce qu’elles soient plus pertinentes vis à vis des événements. Les discours sont conservés et rendent un bel hommage au livre.

Pour ce qui est de la fin, elle est très différente du livre. Du moins, le film prend fin avant de retrouver les personnage dans le futur. Cela laisse donc un panel de possibilité, contrairement au livre qui m’a brisée !

Étant une grande fan de la musique de Stevens Sfujan, j’ai adoré retrouvé la poésie de ses musiques sur la bande son de cette adaptation.

Je ne vais pas en dire plus sur cette adaptation que j’ai tout simplement adoré. Je vous conseille simplement de la regarder, de contempler la beauté des images (et des acteurs) et de vous plonger dans leur histoire si touchante (j’ai pleuré, donc vous allez pleurer aussi !)

Publicité

2 réflexions sur “« Call me by your name », du livre au film…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s