« Le jour où tout a basculé » de Julie Buxbaum, un livre sur la mémoire, le deuil et la reconstruction.

Titre : Le jour où tout à basculé

Autrice : Julie Buxbaum

Éditions : Pocket Jeunesse

Publication : 5 Mars 2020

Pages : 366

Prix : 16€90


Résumé :

 « Le 11 septembre 2001, au moment où les avions frappaient les Tours Jumelles, Abbi fêtait son premier anniversaire à la crèche du World Trade Center. La photo qui la montre en train d’être secourue fait la une de tous les journaux. Dès lors, elle devient  » Baby Hope  » : un véritable symbole d’espoir. Noah, lui, a perdu son père le 11 Septembre. Depuis, il cherche désespérément à savoir comment il a vécu ses derniers instants, convaincu que la réponse se trouve sur le célèbre cliché. Quinze ans plus tard, lorsque Noah s’aperçoit que Baby Hope travaille dans le même camp de vacances que lui, il y voit un signe du destin. Saura-t-il la persuader de se lancer à la découverte des secrets de ce jour où tout a basculé ? »


Mon avis :

« Le jour où tout a basculé » est une petite pépite de littérature Young Adult que je n’ai pas beaucoup vu passer sur les réseaux sociaux. Ce livre aborde avec humilité, humour et une certaine forme d’audace, les attentas du 11 septembre 2001.

Dans ce roman, nous faisons la rencontre d’Abby, une adolescente de 16 ans, aussi connu sous le nom de Baby-Hope. Car Abby fait partie des survivantes des attentas du World Trade Center. Alors âgée de tout juste un ans le jour fatidique, Abby est sauvé du World Trade Center. Prise en photo entourée d’inconnus alors qu’ils prenaient la fuite, Abby est vite devenue un symbole d’espoir après les attentas. Surnomée Baby-Hope, elle ne passe pas inaperçue… Alors qu’elle voudrait oublier le temps d’un été ce qu’elle représente et n’être que Abby, la jeune femme va faire la rencontre de Noah, qui a lui aussi vu sa vie basculer le jour des attentas.

Avec des personnages touchants et vrais, une plume fluide et une histoire bien renseignée, Julie Buxbaum frappe fort. Ce livre, aux valeurs touchantes, traite d’un sujet sensible avec brio. L’autrice parvient à nous retranscrire avec force la détresse conduite par les événements bouleversants du 11 septembre 2001, et ce, sans s’approprier ces événements.

Parfois, j’ai l’impression que ces deux tours tombent encore, et qu’elles ne cesseront jamais de tomber.

Elle a choisi de se rappeler ce jour-là tous les matons, chaque fois qu’elle se regarde dans la glace. De transformer le pire événement de son existence en une force puissante et productive. De devenir une meilleure personne.

Pourquoi n’ai-je pas entendu parler de ce roman plus souvent ? Bien plus qu’un roman Young Adult, ce livre offre la parole à ceux qui ont survécu aux attentas du WTC et qui voient encore leurs vies êtres ébranlées. Le livre traite des réelles conséquences des attentas : le deuil, la maladie, le sentiments d’impuissance, le désarroi…

Les adolescents que nous suivions font partis de la génération qui ne se souviens pas du drame, car ils étaient encore trop jeunes. Mais c’est une génération qui est elle aussi victime.

C’est à travers des personnages marqués par les attentas, qui évoluent au milieu de gens qui oublient ce que représente le 11 septembre 2001, que l’autrice cherchent à nous faire comprendre qu’un mémorial ne suffit pas. Il est du devoir de chacun de se souvenir de ceux qui ont fait le sacrifice ultime, mais aussi de leurs familles.

Sans être moralisateur ce livre sait questionner son lecteur. Aussi même si ce livre est une fiction, l’histoire s’appui sur les faits réels. Je pense notamment à la photo sur laquelle se trouve Abby. Bien qu’elle n’existe pas, elle est clairement inspirée de celles prises le 11 septembre 2001, et m’a beaucoup rappelé celle très célèbre, représentant des enfants courant nu sur l’asphalte brulant pendant la guerre du Vietnam…

Trois mille personnes sont mortes ce jour-là, déclare Vic. Trois mille. Cette photo est censée provoquer et inciter au souvenir. Cela me surprendra toujours de constater à quelle vitesse le monde oublie et reprend son cours normal.

Avec une petite romance en plus, Julie Buxbaum parvient à alléger le sujet très difficile qu’aborde son livre, sans pour autant réduire l’horreur qu’il représente aujourd’hui encore.

Meme si Abby est la narratrice principale, nous suivons aussi Noah sur quelques chapitres. Leurs sentiments sont très différents concernant les attentas, mais tout deux vont rapidement partir ensemble en quète de vérité. Les adolescents vont se soutenir pour faire face aux difficultés de la vie et à la vérité qui est parfois plus complexe que l’on peut le croire.

Le reste des infos est consacré aux derniers tweets du président, qui émet des menaces de guerre nucléaire et donc de destruction de l’humanité. J’éteins la télé.

Maintenant, revenons sur un point qui m’a déconcerté au premier abord : l’humour et le sarcasme de la plume de Julie Buxbaum. Avec pour sujet un thème si complexe, je ne m’attendais pas à sourire de si nombreuses fois pendant cette lecture ! En faisant écho à l’actualité et en se penchant sur la difficulté qu’un tel traumatisme représente, Julie Buxbaum sait vraiment nous plonger dans sont roman.

Je décerne une mention spéciale à Jack, un personnage secondaire juste parfait, qui permet à l’auteur d’aborder naturellement l’homosexualité, et surtout, qui est un personnage juste trop cool !

Bref, un livre que je vous recommande de découvrir !

Publicité

3 réflexions sur “« Le jour où tout a basculé » de Julie Buxbaum, un livre sur la mémoire, le deuil et la reconstruction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s