Une autobiographie nécessaire, à lire : « Le bleu ne va pas a tous les garçons »

Titre : Le bleu ne va pas à tous les garçons

Auteurice : George M. Johnson

Éditions : Desaxus

Collection : Ellipsis

Publication : 10 Juin 2021

Genre : Autobiographie, Témoignage

Thèmes : Racisme, Homophobie, Sexualité, Identité, LGBTQIAP+

Pages : 284

Prix : 16€90


Résumé :

« Dans une série d’essais personnels, George M. Johnson, journaliste et militant LGBTQIAP+, raconte de manière douce-amère son enfance, son adolescence et ses années universitaires dans le New Jersey et en Virginie.
Du souvenir de se faire casser les dents par des brutes à l’âge de cinq ans, de chiner avec sa grand-mère bienveillante, à ses premières relations sexuelles, cette autobiographie raconte sans détour les épreuves et les triomphes auxquels sont confrontés les jeunes queers noir.e.s. »


Mon avis :

« Le bleu ne va pas à tous les garçons » est une autobiographie pertinente qui déploie un message nécessaire, important et terriblement juste. Ce livre fait parti de ceux que l’on ne peut noter, que l’on ne peut juger mais surtout de ceux dont il faut parler. Car ce roman, j’en suis convaincue, est un concentré d’une vraie adolescence : celle qui est trop souvent masquée dans les romans destinés à ce public. Ici, pas de censure, des mots crus, des thèmes difficiles ainsi que beaucoup de positif, d’espoir et d’interaction avec le lecteur. C’est un format de lecture tout nouveau pour moi qui a su me rabattre dans mes retranchements (j’ai pleuré).

Récit doux-amer de George M. Johnson, journaliste et militant.e LGBTQIAP+, « Le bleu ne va pas à tous les garçons » est un recueil d’essais personnels, autobiographiques sur le développement d’une personne tiraillée par plusieurs identités mais principalement sur la célébration de ces identités, minoritaires et trop souvent tues.

Entre ces pages, nous rencontrons George M. Johnson avec une approche intimiste. L’écrivain.e se révèle finalement être un.e compagnon autant qu’iel nous accompagne au creux de son existence marquée par le courage et la volonté.

J’ai été touché par les mots de l’auteur.ice. Ils sont simples, accessibles et parfaitement choisis. Malgré la complexité des moments inscrits dans ce roman, iel parvient à dégager l’espoir dans les situations les plus terribles. Bien que n’étant pas le public principalement visé (jeunes adultes queers et noirs), je me suis investie dans cette lecture et j’ai beaucoup appris. C’est un roman ou l’amour inconditionnel éclot car Goerge M. Johnson écrit sans regret, se mettant totalement à nu pour faire grandir ses lecteurs. Les expériences qu’iel partage sont autant d’experiences qui aideront de jeunes personnes noires et/ou queer à s’accepter et à porter leurs voix.

La vision qu’offre ce livre, de la communauté LGBT+, m’a semblé vraiment pertinente et juste. Plus que celles romancées que j’ai toujours croisées auparavant. Ici, tout est nuancé et George M. Johnson parvient à prendre un recul notable qui offre à ce livre une maturité hors norme pour un roman destiné à un public si jeune.

Il est cependant important de souligner que cette lecture s’adresse à un public averti. Pour le coup, l’avertissement de contenu au début du livre joue un rôle clé et il est important d’en prendre connaissance avant de se plonger dans la lecture : « Language grossier, racisme, homophobie, violence, humiliation, maladie chronique, drogue, sexe, inceste, agression sexuelle, perte d’un proche ». Je n’ai pas manqué de frissonner face à certaines scènes bouleversantes ou encore choquantes. D’autant plus que l’auteur.ice dit vraiment les choses avec franchise, ce qui à le don de graver les images lues, au fer chaud, dans les souvenirs de ses lecteurs.

Je ne suis pas bien placée pour parler de ce roman car je ne suis pas directement concernée. Il n’empêche que je recommande cette lecture à tous : il est tant de s’ouvrir, d’accepter les autres et surtout de comprendre et offrir de la visibilité à la jeunesse queer noire. Ce livre sensibilise, entreprend d’ouvrir les jeunes queers au monde, et ce, à travers un véritable récit de vie. Jamais je ne pensais croiser un livre comme celui-ci. J’espère que cela se reproduira car il est rare d’entrer dans un livre et d’en ressortir autant transformé (à mes yeux, il en est impossible autrement). A lire, offrir et partager !

Publicité

4 réflexions sur “Une autobiographie nécessaire, à lire : « Le bleu ne va pas a tous les garçons »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s