Terrible livre emplit d’espoir : « Le masque de père » de Louison Nielman

Titre : Le masque de père

Autrice : Louison Nielman

Éditions : Macha

Collection : Instant T

Publication : 10 Juin 2020

Genre : Roman Young Adult Contemporain, Drame

Thèmes : Violence, Famille, Parents

Pages : 128

Prix : 7€90


Résumé :

Mon prénom, Céleste, pourrait vous faire croire que ma vie fut facile et douce.

Il n’en est rien.

J’ai connu la peur, la colère, l’impuissance ; il m’est arrivé de sentir toutes mes forces m’abandonner.

On m’a aidée ; aujourd’hui, je vais bien.

Aujourd’hui, j’ai fait tomber le masque. Celui derrière lequel se cachait mon père.


Mon avis :

Tout petit roman qui délivre un message très fort, abordant avec franchise et sans détour des thèmes difficiles et terribles, « Le masque de père » est une lecture marquante, coup de poing, qui m’a aspirée jusqu’à la dernière page.

Derrière son titre fort et lourd de sens, « Le masque de père » offre un regard sincère et direct sur les violences conjugales et familiales. Ici, c’est auprès de Céleste que nous allons ouvrir les yeux sur un problème qui se terre dans sa famille depuis un bon moment. Pages après pages celui-ci va être peu a peu mis à nu, tant devant l’enfant qui tente de comprendre, que le lecteur, qui lui, découvre avec horreur une vérité qui semble inavouable. La violence physique et morale du père de Céleste se dessine peu à peu entre les lignes jusqu’a dévorer le texte et nous plonger au coeur de l’enfer que vivent Céleste et sa maman. Car c’est ce dont il est question dans ce roman. À travers le regard d’une jeune fille secourue et séparée de ses parents pour survivre, c’est une violence sourde et tapie au sein d’un foyer d’apparence aimant que nous découvrons.

L’intérêt de ce roman est que l’on comprend le désarroi de l’enfant face à ce qui se passe chez elle. Impossible de ne pas saisir sa frayeur et son incapacité à en parler. Nous suivons son placement en foyer et ses nombreuses interrogations à travers une chronologie bien marquée, qui permet de mettre en avant le fonctionnement de la justice face à des cas comme le sien. C’est intelligemment raconté, très court mais très dense ; un texte écrit d’un souffle qui offre enfin une gorgée d’air quand l’espoir rayonne enfin en son sein.

« Le masque de père » est un livre pertinent tant dans sa plume que dans la façon dont l’histoire est portée. On se sent ni trop impliqué, ni trop à l’écart : juste ce qu’il faut pour être empreint de ce qu’un foyer violent représente.

Bien que l’histoire soit très dense dans la cruauté des faits, il est important de souligner que ce récit très dur est surtout plein d’espoir et conduit son lecteur à s’informer. Ce n’est pas une lecture que j’ai appréciée car il est impossible de prendre plaisir à lire un tel livre. Mais c’est sans hésitation que je vous recommande de lire ce petit roman (après avoir prit connaissance de l’avertissement dans les premières pages).

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s