« The Black Kids », un puissant témoignage, vif et engagé

Titre : The black Kids

Autrice : Christina Hammonds Reed

Éditions : Slalom

Publication : 3 Juin 2021

Genre : Roman Young Adult Historique

Thèmes : Racisme, Histoire, Émeute, Adolescence, Identité, Société, Communauté

Pages : 416

Prix : 17€95


Résumé :

1992, Los Angeles s’embrase. Des policiers viennent d’être acquittés alors qu’ils ont passé à tabac Rodney King, un homme noir. Ashley, 17 ans, se pensait jusqu’ici hors d’atteinte. Fille d’une famille aisée, fréquentant un lycée huppé, elle ne s’est jamais sentie victime d’injustices ou de discriminations raciale… Mais à bien y réfléchir…

Une histoire d’amour naissante, des secrets dévoilés et une atmosphère de fin du monde lui ouvrent les yeux : elle, qui a toujours oscillé entre communauté noire et blanche, réalise qu’elle peut trouver sa place, sans avoir à choisir un camp.

Un roman engagé et universel. 


Mon avis :

« The Black Kids » est un témoignage fort et articulé avec vivacité, offrant un regard intelligent et nuancé sur un Los Angeles en feu, celui de l’année 1992. Ce récit empreint d’une vie adolescente insouciante, révèle une atmosphère suffocante où les discriminations raciales séparent les habitants de la ville et des États-Unis. Nous y découvrons véritablement une quête d’identité et d’un passé familial masqué au coeur d’une ville rougeoyante, enflammée.

Dans « The Black Kids » nous suivons Ashley, jeune femme noire de 17 ans issue d’une famille aisée. Alors bien loin de s’être sentie, un jour, victime de discriminations raciales ou d’injustices, elle va se découvrir spectatrice d’émeutes qui vont secouer sa ville pendant sa dernière année de scolarité au lycée. Alors extérieure à la folie qui gagne le monde qui l’entoure, Ash prend conscience de son identité, celle qu’elle partage avec sa communauté. Se sentant illégitime car inscrite dans un lycée huppé et bien loin de ressentir le racisme qui se mêle à son quotidien, la jeune femme ne partage pas son point de vue sur les événements qui secouent la ville, dans les premières pages.

Au début du livre, nous découvrons avec horreur l’acquittement de policiers blancs ayant tabassés un homme noir sans raison. Sur ce fond d’injustice Ash, elle, tente de trouver sa place dans le monde. Entre ses amies blanches et insouciantes et la communauté noire qui se soulève, elle ne sait plus qui elle est et doit et veut être…

Ce témoignage romancé engage le lecteur dans la vie et les souvenirs d’une femme qui s’affirme au coeur d’une période tendue. Sur fonds de tensions, de violences et d’émeutes, Ash prend peu à peu parti et conscience des discriminations raciales qui ont ponctués sa vie et qui vont l’entraver si rien n’évolue.

Le cadre Américain de l’histoire est à souligner, cependant c’est un message universel et engagé que transcrit dans son témoignage Christina Hammonds Reed. De plus, ce roman historique est ancré dans son époque par la multiplication des références qui permettent de faire ressortir l’injustice qui plane sur les États-Unis et qui embrasse les communautés minoritaires dans la seconde moitié du XXème siècle. Tant de violences sont évoquées que l’ambiance du roman en devient presque suffocante. Mais cette réalité à nécessité d’être abordée en littérature Young Adult. C’est donc avec intérêt que j’ai appris, lu avec sincérité chacune des pages de ce roman qui m’a néanmoins véritablement captivée seulement dans sa seconde moitié.

C’est une lecture assez déstabilisante dans sa première moitié. Le personnage principal ne s’engage pas, reste extérieur aux événements et ne semble même pas se sentir concerné. Mais ce choix de narration offre en vérité un véritable parti pris qui engage d’autant plus le lecteur dans la seconde partie de l’histoire ; celle dans laquelle Ash relâche ses petites histoires personnelles pour embrasser son identité et engager son propos.

Avec un personnage plein de nuances et riche comme Ash, « The Black Kids » se révèle rapidement être une histoire prenante, rythmé et forte par ses thèmes. Richesses narratives dans la traduction et notes en bas de pages confirment le soin éditorial apporté à ce roman qui ne demande qu’a faire parlé de lui pour ouvrir les consciences. C’est véritablement une lecture marquante malgré un point de vue qui n’est pas directement celui d’une personne interne aux émeutes…

Une réflexion sur “« The Black Kids », un puissant témoignage, vif et engagé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s