Une découverte prenante : « Beastars » de Paru Itagaki

Titre : Beastars

Auteur : Paru Itagaki

Éditions : Kioon

Publication : 24 janvier 2019

Genre : Manga Seinen,

Thèmes : Anthropomorphisme, Enquête, Campus

Pages : 208

Prix : 6€90


Résumé :

À l’institut Cherryton, herbivores et carnivores vivent dans une harmonie orchestrée en détail. La consommation de viande est strictement interdite, et les dortoirs sont séparés en fonction des régimes alimentaires. Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes… mais la culture ne peut étouffer tous les instincts. Quand le cadavre de l’alpaga Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, les méfiances ancestrales refont surface !

Legoshi est la cible de toutes les suspicions. Parce qu’il était proche de Tem, parce qu’il est une des dernières personnes à avoir été vues en sa compagnie, et surtout… parce que c’est un loup. Pourtant, sensible et timide, il fait son possible pour réprimer ses instincts. Hélas, ses efforts sont vains face au vent de discrimination qui souffle sur le pensionnat…

Le seul qui pourra apaiser ce climat de terreur est le Beastar, le leader de l’école. Pour l’heure, les candidats se préparent, les élections approchent… Le favori n’est autre que le cerf Louis, étoile incontestée du club de théâtre auquel appartient Legoshi. Bien décidé à remettre les carnivores à leur place, il fait mine de ne pas craindre les crocs acérés du loup gris. Mais peut-être serait-il mieux avisé de ne pas le sous-estimer !


Mon avis :

Introduction forte à une histoire riche ; le premier tome de « Beastars » s’inscrit dans un graphisme mature et insolite par son traitement. Le manga offre une thématique originale qui met en scène des personnages anthropomorphes au sein d’une université, une belle découverte qui se détache sensiblement de mes habitudes de lectures dans le genre.

Au sein du campus de l’institut de Cherryton, herbivores et carnivores se côtoient quotidiennement. Tout se passe pour le mieux, grâce à une harmonie rigidement orchestrée par l’interdiction stricte, pour les carnivores, de consommer de la viande. Seulement, impossible de réprimer tous les instincts qui meuvent les élèves du campus. Ainsi, lorsque le cadavre de l’alpaga Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, Legoshi devient rapidement le principal suspect. Loup et proche de Tem, rien ne semble pouvoir l’innocenter, malgré sa sensibilité et sa timidité apparente… Le Beastar, leader de l’école, semble être le seul à pouvoir apaiser le campus…

Construit à la manière d’une pièce de théâtre, le manga se détache des narrations usuelles. Les personnages entrent en scène, prennent leurs marques et inscrivent la narration dans une temporalité marquée. L’action pulse le récit vers une tournure de thriller, et ce, dès les premières pages, accrochant le lecteur sans tarder.

Les personnages sont touchants car véritables. Imparfaits et attachants, ils évoquent une histoire réaliste, reflet de notre propre société. « Beastars » est un manga original, empreint d’un trait vif, parfois brouillon, transcrivant avec aisance les émotions. C’est d’ailleurs le principal point d’accroche de ce manga, à mes yeux. C’est une fois plongée dans son univers que je suis parvenue à considérer l’histoire en tant que telle. Car comme dit précédemment, le premier tome est purement introductif et ne s’inscrit pas directement dans la dynamique d’enquête promise dans le résumé de la saga.

Un premier tome qui annonce une suite passionnante, dans laquelle j’ai évidement hâte de me plonger !

Publicité

2 réflexions sur “Une découverte prenante : « Beastars » de Paru Itagaki

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s