« Seul un monstre… », la nouvelle saga fantastique du point de vue des « méchants »

Titre : Seul un monstre…

Tome : 1

Autrice : Vanessa Len

Éditions : Lumen

Publication : 8 septembre 2022

Genre : Roman Young Adult Fantastique

Thèmes : Monstre, Voyage dans le temps, Mythe, Légende, Famille, Meurtre, Héros

Pages : 501

Prix : 16€


Résumé :

Pour Joan Chang-Hunt, les vacances s’annoncent idylliques. Elle est bien décidée à savourer tranquillement son séjour dans la famille un peu farfelue de sa mère, à Londres. Elle adore son petit boulot au manoir de Holland House, où elle se rapproche peu à peu d’un autre passionné d’histoire, Nick. Mais rien de tout cela n’est en fait un hasard : quand, une nuit, un terrible drame se produit, l’été de la jeune fille vire au cauchemar.

Les Hunt ne sont pas simplement de grands excentriques, ce sont des créatures dotées de pouvoirs cachés aussi fascinants que terrifiants – l’un des douze clans qui règnent en secret sur la capitale. Le tueur de monstres des contes de son enfance n’est pas qu’un mythe, il existe bel et bien, et ne reculera devant rien pour abattre ceux qu’elle aime. Pire encore : c’est Nick, le garçon auquel elle a commencé à s’attacher. Pour sauver les siens d’une mort certaine, Joan va donc devoir s’allier avec l’héritier d’un clan ennemi, Aaron Oliver. Mais surtout, il va lui falloir accepter sa véritable nature.


Mon avis :

Premier tome d’une nouvelle saga fantastique bercée par les grands classiques du genre, « Seul un monstre… » offre une narration dynamique et dessine une aventures portées par des personnages aux motivations multiples. Sans être trop mystérieux, ce volume introduit un univers riche, dont les facettes aussi complexes que surprenantes ne demandent qu’à être développées. Un beau début qui emporte aisément son lectorat dans sa réalité troublante.

Joan, 16 ans, savoure ses vacances d’été. Employée sur le site historique du manoir de Holland House, elle adore son petit boulot saisonnier qui lui permet de se rapprocher d’un autre passionné d’histoire : Nick. Mais l’idylle estivale prend brusquement fin lorsqu’un drame se produit et impact directement la vie de la jeune fille. Face à la mort, Joan se découvre une nouvelle identité ; celle héritée de sa famille, les Hunt ; cachée aux yeux du monde. Elle est un monstre. L’entité qui ne gagne jamais, celle vouée à mourir des mains de l’élu dont telle est la destinée. Et le tueur de monstre, héros de l’histoire, n’est pas qu’un mythe. Ce dernier à la ferme intention de mettre à mort tous les monstres. Pire encore, il est incarné en Nick, le garçon auquel elle a commencé à s’attacher…

S’appropriant le voyage temporel avec une inventivité marquée, Vanessa Len conduit son lectorat au coeur d’une histoire construite, régie du point de vue d’un monstre, personnage à abattre. Subtilisant du temps aux humains sous forme d’espérance de vie, les monstres voyagent à travers les âges. Malgré ces atroces capacités, ils semblent, aux yeux du lecteur, éminemment humains. Nuancés et contrebalancés par la figure d’un héros cruel, l’autrice joue sur l’empathie du lecteur et parvient, à faire des monstres, des personnages attachants.

A la fois humaine et monstre Joan est plongée violemment dans ce nouveau monde magique peuplé de rivalités familiales et de jeux politiques impressionnants. Bien loin d’incarner une monstruosité terrifiante, la jeune femme doit faire des choix face à des notions de bien et de mal qui semblent interroger la véritable nature de certains méchants dans les livres. Car au delà d’un pouvoir destructeur, Joan et ses semblables n’ont rien des figures monstrueuses escomptées.

Proposant une trame temporelle aussi explicite que compliquée, c’est dans un Londres des années 90 que se déroule une partie de l’histoire, portée par une plume simple et fluide. Les pages se tournent aisément, malgré la complexité de certains passages, dépeignant une succession de scènes pleines d’action qui ne cessent de surprendre.

« Seul un monstre… » est un roman prenant, ancré dans le genre fantastique et dynamique. Bien que son univers ne soient pas encore exploité à foison et l’histoire des monstres complètement explicitée, ce livre parvient à captiver et surprendre. Une belle découverte !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s