Journée internationale des droits de la femme : « Culottées » de Pénélope Bagieu

Titre : Culottées 1 : Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent

Autrice : Pénélope Bagieu

Éditions : Gallimard

Collection : Bande Dessinée

Publication : 2016

Genre : roman graphique, biographies

Prix : 19,50€


Résumé :

« Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gynécologue ou impératrice. Pénélope Bagieu dresse le portrait de quinze femmes combattantes et hors normes qui ont bravé la pression sociale de leur époque et inventé leur destin. »


Mon avis :

À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, j’ai décidé de lire un roman graphique réalisé par une femme, et qui parle de femmes. J’ai nommé « Culottées : des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent » de Pénélope Bagieu. Ce livre répertorie les portraits de 15 femmes qui ont marquées l’histoire, mais dont on ne connait pas forcément l’identité. C’est au sein d’un livre à la fois inteligent et drôle que j’ai découvert l’histoire de femmes toutes plus révolutionnaires, plus intelligentes, plus innovantes, plus inspirantes les unes que les autres !

Ces portraits sont présentés sous formes de strips (BD sur quelques pages). Les cases sont complétées par de cours passages de narration ainsi que par de grandes pages entièrement illustrées. En lisant ce livre, j’ai eu l’impression que l’autrice me narrait une histoire pendant que j’assistais à des scènes clés de la vie de ces femmes inspirantes !

Chaque figure présentée est celle d’une femme qui a su vivre comme elle l’entendait, indépendamment de la société et des moeurs de son époque. Chacune d’elle à su apporter une pierre à l’édifice ayant permit aux femmes d’acquérir des droits, de se libérer mais surtout de devenir celles qu’elles veulent devenir.

J’ai ainsi pu découvrir la vie de Clémentine Delait, de Nzinga, de Margaret Hamilton, des soeurs Las Mariposas, de Josephina van Gorkum, de Lozen, de Annette Kelerman, de Delia Akeley, de Josephine Baker, de Tove Jansson, de Agnodice, de Leymah Gbowee, de Giorgina Reid, de Christine Jorgensen et de Wu Zetian.

Chaque portrait débute avec une mise en place du contexte dans lequel vient au monde l’enfant qui va devenir femme. On fait alors la rencontre de femmes du monde entier, dont les milieux sociaux sont très différents mais ne les freinent pas à écrire elles mêmes leurs destins.

Cette BD offre un regard nouveau sur l’image de la femme et permet de montrer à chacun d’entre nous que le destin n’est pas figé et qu’il est de notre devoir d’écrire le notre ! Simplement pour vous dire qu’à mes yeux, le progrès ne s’arrêtera pas la, et un jour nous seront tous égaux et libres d’être les personnes que nous voulons, comme nous le prouve les femmes de notre passé, celle présentées dans cette BD !

Et enfin, merci. Merci à toutes celles et ceux qui se sont battues, parfois dans l’ombre (comme les figures du livre de Pénélope Bagieu) et qui nous ont offert la vie que nous chérissons aujourd’hui. Certes, le combat n’est pas fini, mais on en a déjà fait du chemin !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s