Rencontre avec Joann Sfar, un chouette type !

Il y a de cela une semaine, j’ai eu la chance de rencontrer Joan Sfar grâce aux éditions Albin Michel. En découvrant les stories de la maison d’édition, dans lesquelles Joan Sfar parlait de son nouveau livre : « Le dernier juif d’Europe », j’ai eu très envie de le rencontrer ! Comment vous expliquer qu’il était très drôle, convainquant et communiquait une joie de vivre incontestable. Alors, lorsque j’ai vu qu’un mini concours offrait la possibilité de le rencontrer, j’ai sauté sur l’occasion ! Il fallait écrire ce pourquoi vous vouliez rencontrer cet auteur, illustrateur… Et devinez quoi? J’ai écrit que c’était un chouette type et que je rêvais de le rencontrer ! Et, j’ai été invité !

Sur le ton de l’humour, Joan Sfar débute son discours avec « J’ai serré énormément de mains depuis ce matin, si vous n’êtes pas sage, je vous les étale sur le visage », de quoi engager un échange pétillant et plein d’humour !

Durant la soirée, j’ai beaucoup ris ! Cela m’a fait un bien fou de parler de livres et sujets complexes avec cette tonalité distrayante. Car oui, le livre de Joan Sfar traite de sujets délicats mais avec un ton égayant (d’après ce que j’ai compris, puisque je n’ai pas encore lu le livre).

D’ailleurs, voici le résumé :

« Je ne me doutais pas que l’histoire de mon père me mènerait à faire équipe avec Ionas, un vampire centenaire et amoureux, Rebecka, sa copine psy divorcée d’un fantôme, et une rabbine. Mais quand c’est arrivé, j’ai trouvé ça normal. Presque.
Ces pages racontent aussi comment mon père a tenté de ne plus être juif, et comment, avec tout ce que l’on me mettait sur le dos, j’ai eu le sentiment d’être le dernier juif d’Europe. »

Joann Sfar ressuscite le fantastique et l’humour désespérés de Kafka ou de Malamud dans cette fable où les monstres offrent un miroir hyperréaliste à la singerie moderne.

L’auteur nous présente son livre comme un hydrique. Joan Sfar à toujours été intéressé par une culture jouissive et populaire lié à la comédie, aux films d’horreurs et par un coté plutôt sérieux. Petits, ses lectures surnaturelles étaient ponctuées par des lectures classiques que lui conseillait son grand père. L’auteur à ainsi baigné dans deux formes de récits qui semblent se mêler dans « Le dernier juif d’Europe ».

C’est ainsi qu’il en est arrivé à retranscrire des thèmes qui l’angoisse, lié à l’actualité dans un livre ponctué de fantastique. Joan Sfar convoque un vampire, une psychanalyste pour monstre, un vétérinaire homosexuel, mais surtout la part monstrueuse de chacun de nous.

Lors de la soirée, Joan Sfar évoque de nombreux sujets, et comme ses idées vont plus vite que sa parole, il nous offre un panel très réactif sur ses inspirations, sur des comparaisons et sur des exemples très hétéroclites. Voici quelques extraits de son discours (je n’ai peut-être pas choisi les plus pertinent concernant la promotion de son livre, mais ce sont certainement les passages qui m’ont le plus fait sourire !)

« Les seuls auteurs pour qui j’ai du respect sont ceux qui se mettent, comme disait Ingres pour son modele, en dessous de leurs lecteurs. C’est à dire : je vous envoi une histoire parce que j’étais heureux quand je l’écrivais, parce que tout simplement, comme le disait le dessinateur Moebius, « c’est ma télé intérieure » et j’espère que vous allez m’expliquer ce qu’elle veut dire ou que vous allez me dire à quoi elle sert. Mais je n’ai pas le moindre message à vous transmettre, je n’ai pas la moindre solution aux problèmes du monde. En revanche, à chaque fois qu’un lecteur me dit qu’il s’est marré, je suis content. »

« Moi je pense que devient écrivain, devient raconteur d’histoire, celui qui y arrive moins bien que les autres. »

« Donner un visage à nos terreurs et les mettre loin de nous. »

« Je n’ai surtout pas fait un livre pour que l’on règle le problème du racisme et de l’antisémitisme. Je sais très bien que les êtres humains se détestent et tant mieux, un jour ils crèveront tous ! Moi ce qui m’amuse c’est quand je suis angoissée par un truc, j’essaie de donner un belle forme à mes angoisses. Je me rappelle d’un film quand il y avait le professeur Chourron et Araquiérie, il y avait des petits cours métrage. On voit arriver une nana, on comprend pas ce qu’elle fait, y a juste une musique. Et elle commence à ouvrir les vaches quiris, les formages et elle fait tout un tas de vache quiri. Après, avec sa main, elle malaxe les vaches quiris et c’est vraiment déguelasse, et après elle en fait une bite ».

Voilà ! Tout ça pour vous dire que cette soirée à été passionnante, que Joan Sfar est vraiment une personne incroyable tant pour sa culture très diversifiée que dans sa façon de parler ! Et petit bonus, j’ai eu la chance de rencontrer de nombreux blogueurs dont @anna_chronics !

J’espère que vous découvrirez ce roman tout comme moi !

Publicité

Une réflexion sur “Rencontre avec Joann Sfar, un chouette type !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s