« Soeur d’Ys », une malédiction et des graphismes à couper le souffle!

Titre : Soeur d’Ys, La malédiction du Royaume englouti

Auteurs : M.T Anderson et Jo Rioux

Éditions : Rue de Sèvres

Publication : 16 Septembre 2020

Genre : Roman Graphique, Légende, Tragédie, magie

Pages : 224


Résumé :

« Pour ériger les remparts qui protègent Ys des flots tumultueux, la reine Malgven a eu recours à la magie. Sa mort brutale et mystérieuse laisse ses deux filles inconsolables et les éloigne l’une de l’autre. Rozenn, héritière du trône, entre en communion avec la nature et s’apaise dans les landes ; Dahut, la cadette, se délecte de la vie fastueuse de la cour et se compromet dans ses intrigues. Mais derrière les murs immenses de la cité se cache un passé lourd de sombres secrets. Le jour où le lien entre les soeurs se rompt définitivement, elles entraînent dans leur chute le destin d’Ys, et les monstres tapis dans l’ombre surgissent alors en pleine lumière. »


Mon avis :

Avec ce roman graphique, c’est le mythe de la cité engloutie d’Ys, censée se situer au large de Douardenez, que l’on découvre. Des graphismes envoutants, des couleurs saisissantes et une légende mystérieuse, il n’en fallait pas plus pour me convaincre !

L’histoire commence avec l’union de Dame Malgven et du roi Gradlon et la construction de l’éblouissante cité d’Ys. Le royaume vit alors dans prospérité, dirigeant terres et mers grace à la magie de Dame Malgven, devenue reine. A sa mort, elle laisse derrière elle ses deux filles : Rozenn et Dahut. La première est l’héritière du trône mais elle préfère fuir les intrigues de la cours pour communier avec la nature dans la lande. Ce, contrairement à sa soeur cadette qui ne vit que derrière les immenses murs de la cité. Très différentes, les filles vivent cependant liées par leur sang royal… Mais après la mort mystérieuse de la reine Malgven, puissante magicienne et mère de Rozenn et Dahut, le liens des filles s’ébranle. Le jour ou ce lien se brise définitivement, les jeunes femmes cèlent le destin d’Ys…

C’est avec beaucoup de plaisir que je me suis retrouvée embarquée dans cette histoire captivante, onirique et plutôt tragique. J’ai été ravie de découvrir cette légende bretonne dont je n’avais jamais entendue parler auparavant mais qui m’est apparu comme une histoire fascinante.

En découvrant les personnages très tranchés de Rozenn et Dahut, j’ai eu peur de ne pas saisir les raisons de leurs actes, mais ce n’est pas du tout le cas ! Ces clichés permettent d’entrer un peu plus dans le légende… L’histoire est parfois floue, les événements parfois non-justifiés, mais tout cela contribue à construire le mythe, la légende, reposant aussi sur notre volonté d’y croire et de rêver ce monde aujourd’hui englouti.

Concernant les graphismes, les planches sont vives, dynamiques et correspondent à merveille à la rapidité à laquelle l’histoire évolue. Les palettes choisies communiquent une ambiance tant-tôt paisible, tant-tôt inquiétante ou encore magique. Bien que certaines planches ne m’aient pas totalement convaincue, d’autres m’ont simplement laissées bouche bée !

« Soeurs d’Ys » est donc une petite merveille tant pour ses graphismes hors du commun que sa narration très dynamique ! Je recommande cette lecture à tous les amateurs de magie, de mystère et de graphismes hors du commun !

Publicité

6 réflexions sur “« Soeur d’Ys », une malédiction et des graphismes à couper le souffle!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s