Une BD importante sur le thème de l’héritage « Les indésirables » de Kiku Hughes

Titre : Les Indésirables

Autrice : Kiku Hughes

Éditions : Rue de Sèvres

Publication : 6 Janvier 2021

Pages : 288

Genre : Roman Graphique, BD, Historique

Thèmes : Héritage, mémoire, camps de concentration

Prix : 18€


Résumé :

« Kiku a 16 ans. Americano-japonaise, elle se sent déconnectée de son héritage japonais et en sait peu sur l’histoire de sa famille qui cultive le secret. Alors qu’elle est en vacances avec sa mère à San Francisco, elle se retrouve brusquement dans les années 1940, propulsée dans un des camps qui a fleuri sur le territoire américain au lendemain de Pearl Harbor. Parquée, Kiku partage le quotidien de sa jeune grand-mère et de 120 000 citoyens nippo-américains déchus de tous leurs droits civiques par leur propre gouvernement, car accusés d’être des ennemis de la nation… »


Mon avis :

Quel plaisir de découvrir une Bande-Dessinée avec des graphismes si doux et un thème si complexe. Un savant mélange qui marque, sait transmettre un beau message, fort et important. « Les indésirables » s’inscrit dans la lignée de ces livres qui engagent une réflexion sur l’actualité mondiale, celle qui secoue les minorité et nos droits. C’est donc une très belle lecture que je vous recommande de tout coeur. Je vous explique tout de suite pourquoi.

Dans « Les indésirables », nous faisons la rencontre de Kiku, une adolescente de seize ans qui vit aux côtés de sa mère. Un beau jour, elle se retrouve brusquement comme téléportée dans le passé… La jeune femme atterrie en 1940, alors à San Fransisco, elle va suivre sa grand mère, dans la fleur de l’âge. Sans avoir le temps d’y échapper ou même de comprendre ce qui lui arrive, Kiku est internée dans l’un des camps qui a fleuri sur le territoire américain au lendemain de Pearl Harbor. Comme 120 000 citoyens nippo-américains, elle est alors déchue de ses droits. Parquée elle découvre la véritable raison du mystère qui plane autour de son héritage japonais. Car Kiku ne sait rien du passé de sa famille…

Cette lecture graphique m’a ouvert les yeux sur une facette de l’histoire dont je n’avais jamais entendu parler malgré sa gravité et son importance dans un pan de la culture japonaise aux États-Unis. Kiku Hughes met en lumière les non-dit, le passé, celui que l’on a tendance à mettre de côté. Cette histoire est celle de la famille de l’autrice avec un soupçon de fantastique et d’adaptation pour offrir un récit marquant, questionnant des thématiques d’actualités tel que la mise sous silence de faits historiques importants.

J’ai été surprise dans cette lecture par la douceur de la palette et du trait de Kiku Hughes. Son travail transcende les codes des lectures graphiques retraçant des faits historiques sombres. Pas de traits tourmentés ou un travail en noir et blanc. Peut-être que la volonté de l’autrice est de témoigner du caractère libérateur de la vérité ? Offrir un récit empreint d’espoir malgré la complexité des événements qui y sont transcrit ? Toujours est-il que cette facette de la BD m’a marquée, étonnée et surtout beaucoup plu. je me suis sentie à l’aise dans cette lecture. Le lecteur n’endosse pas le statu de voyeur, comme bon nombre de BD relatant la réalité des camps, semblent le faire… On accompagne Kiku et on découvre, au même titre qu’elle, les événements d’un passé, passé sous silence.

C’est véritablement une découverte forte et riche que je recommande pour éveiller les esprits et offrir un semblant d’espoir face à la dure réalité qui menace les droits de certaines minorités dans le monde.

Publicité

2 réflexions sur “Une BD importante sur le thème de l’héritage « Les indésirables » de Kiku Hughes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s