« Ce que les étoiles doivent à la nuit » de Anne-Gaëlle Huon, l’espoir en roman

Titre : Ce que les étoiles doivent à la nuit

Autrice : Anne-Gaëlle Huon

Éditions : Albin Michel

Publication : 28 Avril 2021

Genre : Roman Contemporain

Thèmes : Cuisine, Famille, Destin liés, Rencontre, Confiance

Pages : 320

Prix : 17€90


Résumé :

« Il n’y a pas de hasard, dit-on, seulement des rendez-vous. C’est ce que va découvrir Liz, cheffe prodige et étoilée, en partant au Pays basque sur les traces de sa mère. Dans un petit village perdu, elle rencontre M. Etchegoyen, dandy insaisissable et plein de panache, qui lui confie les clés de son restaurant et un défi à relever : faire de sa gargote une adresse gastronomique. Mais Peyo, le chef, ne voit pas arriver cette étrangère d’un bon oeil. L’un et l’autre vont devoir s’apprivoiser et affronter ensemble les fantômes de leur passé. »


Mon avis :

Magicienne des mots, Anne-Gaëlle Huon m’a une nouvelle fois transporté en terres Basque pour découvrir des destins croisés et des âmes abimées qui ne demandent qu’à se retrouver. Dans ce livre, les sentiments nous bercent, nous transpercent et nous portent, pages après pages vers des instants aussi fulgurants que touchants. Entre passés et présents, l’autrice nous prends par la main pour nous conduire à l’ombre d’un potager, dans le coin d’une chambre et surtout au coeur des cuisines ; celles qui font de la vie de Liz, fille de Romy, ce qu’elle est aujourd’hui : un calvaire. En parallèle de la vie de cette jeune femme qui semble avoir tout perdue, nous suivons les mots de Balthazar. Hagard jeune homme qui tombe amoureux et ne parviens plus à se détacher de cet amour qui va le briser.

Ces deux personnages sont ceux du théâtre de cette autrice de talent. Anne-Gaëlle Huon ne joue pas avec leurs existences, elle les fait véritablement exister. Et ce, au point de m’arracher des larmes de crocodile un peu plus lourdes à chaque nouvelle page tournée. Mais attention, ce livre n’est pas triste ! Il est l’espoir même. Celui qui nait lorsqu’une main tendue nous aide à reprendre pied.

« Ce que les étoiles doivent à la nuit », c’est l’histoire de Liz, cheffe étoilée, prodige en cuisine qui va revenir sur ses pas, retrouver le passé de sa maman aux Pays Basque alors que le monde de la cuisine lui tourne le dos. C’est dans un petit village perdue que son existence va croiser celle de M. Etchegoyen. L’homme, dandy semblant provenir d’une autre époque, lui confie les clés de son restaurant afin d’en faire une adresse gastronomique. La jeune femme saisit alors cette chance de se relever et fait la rencontre de Peyo, le chef. mais ce dernier appréhende ce qu’il va être fait de sa cuisine. Malgré tout, petit à petit, ils vont apprendre à se connaître et affronter ce qui ronge leurs existences.

A renfort de rencontres extrêmement touchantes, de clin d’oeil à « Les Demoiselles », dont certains personnages et lieux sont empruntés ainsi que de mots poétiques, emportés par une plume légère et empreinte de tendresse, Anne-Gaëlle Huon a su me conquérir. Ce livre m’a dévoré autant que je l’ai dévoré. Chaque mot m’emportait un peu plus auprès de ces personnages dont je ne parvenais pas à me détacher.

Il se dégage de ce livre, un réalisme indéniable qui fait de cette histoire ce qu’elle est : touchante, bouleversante même. Anne-Gaëlle Huon met le doigt sur la réalité des vies de ses personnages avec humilité. Sans jamais écrire le mot de trop, elle parvient à bousculer les coeurs de ses lecteurs et je pense pouvoir affirmer que je ne suis pas la seule à avoir verser de belles larmes face à la beauté de ces destins.

Les courts chapitres et les descriptions enrichies m’ont conduite en moins de deux pas à la fin du roman. En lisant « Ce que les étoiles doivent à la nuit », j’ai eu l’eau à la bouche, le doux bruit d’une pluie prometteuse de renaissance à l’oreille ainsi que la chaleur de couleurs chatoyantes devant les yeux. Cette lecture c’est toute une atmosphère : chaleureuse, tendre et prometteuse de beaux jours.

Vous l’aurez compris. Ce livre à quelque chose de fabuleux. Il fait de la difficulté des existences, une belle histoire où seul l’espoir inspire et rayonne !

Une réflexion sur “« Ce que les étoiles doivent à la nuit » de Anne-Gaëlle Huon, l’espoir en roman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s