« Annie au milieu », un concentré d’émotions, de différence et d’acceptation

Titre : Annie au milieu

Autrice : Émilie Chazerand

Éditions : Sarbacane

Publication : 25 Août 2021

Genre : Roman Young Adult contemporain

Thèmes : Différence, Handicap, Famille, Engagement, Passion

Pages : 312

Prix : 17€


Résumé :

Velma et Harold sont le frère et la sœur d’Annie.
Annie est « différente ». C’est comme ça que les gens polis disent. Elle a un chromosome en plus. Et de la gentillesse, de la fantaisie, de l’amour en plus, aussi. Elle a un travail, des amis et une passion : les majorettes.
Et Annie est très heureuse parce que, pour la première fois, sa troupe aura l’honneur de défiler lors de la fête du printemps de la ville.
Mais voilà, l’entraîneuse ne veut pas d’elle pour cet événement : elle n’est pas au niveau, elle est dodue… Bref : elle est « différente ».
C’est bête et méchant. Ça mord Annie et les siens, presque plus. Alors, qu’à cela ne tienne : Annie défilera, avec son équipe brinquebalante, un peu nulle mais flamboyante.
Ses majorettes un peu barjo. Ses barjorettes, quoi.


Mon avis :

Roman ancré dans la réalité mais aussi empreint d’une tendresse et douceur infini, « Annie au milieu » est de ces livres qui parviennent à dire les choses avec une justesse presque indescriptible. Des points de vues forts et une narration défaite de toute attaches liées au domaine médical offre à l’histoire un caractère nouveau, loin des carcans des récits abordant la trisomie avec une certaine rigidité. Une belle lecture, simple et attachante qui sait offrir à ses lecteurs un sourire sincère.

Dans ce roman, nous suivons le quotidien d’une famille, régit par la vie d’Annie, une enfant différente car atteinte de trisomie. Terme scientifique mais malgré tout réducteur, Annie est bien plus qu’une jeune femme trisomique. Lumineuse, vibrante d’énergie et débordante d’amour, Annie rayonne au sein de sa famille aimante. Seulement, son chromosome en plus la fait exclure de son groupe de majorette suite à l’intolérance flagrante de sa coach qui la trouve trop « différente ». La jeune femme est brisée face à la méchanceté gratuite de son entraineuse. En effet, Annie se faisait une joie immense de défiler lors de la fête du printemps de la ville avec son équipe de majorette. Mais Annie défilera malgré tout. Car son équipe à elle, bien que brinquebalante va faire son possible pour réanimer sa passion et faire d’elle la majorette flamboyante qu’elle rêve d’être.

Différents points de vues régissent le récit, offrant à l’histoire richesse et profondeur. « Annie au milieu » se concentre, certes, sur le quotidien d’Annie, mais engage aussi le regard et la complexité du quotidien de son frère Harold et sa soeur Velma. Ainsi, Émilie Chazerand ne concentre pas son histoire sur le point de vue du personnage trisomique et n’offre pas à ses lecteurs une énième histoire où le personnage trisomique est envisagé seulement à travers les yeux d’un autre personnage « moins différent ».

La plume fluide d’Émilie Chazerand s’adapte à ses personnages aux caractères bien cernés. Simplicité, erreur de grammaire et surtout humour habillent le point de vue d’Annie. Vivant comme au jour le jour, ce personnage semble détaché de tous les problèmes qui régissent son entourage, mais la sensibilité apparente d’Annie sait émouvoir et témoigner d’un amour fort pour sa famille. Du côté d’Harold, de véritables problématiques se dessinent peu à peu dans le roman. D’abord atténué par la personnalité forte d’Annie, Harold, roi des faux semblants, déploie son énergie pour cacher à sa famille qu’il ne se rend plus en cours et tente tant bien que mal de parler de son homosexualité à ses proches. De son côté, Velma se cache derrière le tempérament explosif de sa soeur… Cette galerie de personnages forts et diversifiés dynamise le roman déjà composé de courts chapitres. Une richesse indéniable qui puise dans la force d’une famille explosive.

« Annie au milieu » est une très belle lecture qui prend son essence dans de belles images et de belles moralités. C’est une histoire addictive et emplie de beaux sentiments. Il est cependant à noter que j’attendais plus de cette histoire notamment d’un point de vue de la construction narrative. Peu de surprises habillent le texte bien que celui-ci reste emprunt d’une narration dynamique. En sommes, c’est un texte, tout doux, drôle mais parfois terrible par la réalité crue qu’il transcrit, à découvrir !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s