« Un été à Tsurumaki » : une douce histoire estivale

Titre : Un été à Tsurumaki

Auteur : Shin’ya Komatsu

Éditions : Imho

Publication : 3 Juin 2021

Genre : Manga Seinen

Thèmes : Nature, Vacances, Plantes

Pages : 208

Prix : 14€


Résumé :

Le dernier jour de l’école, un enfant qui a le pouvoir de parler aux plantes arrose une jacinthe d’eau dans la classe. Mais ce qui s’annonçait comme le début d’un été apaisé est bouleversé : un incident étrange se produit dans la ville de Tsurumaki et chamboule la vie de ses habitantes… Une belle histoire estivale dans un monde nostalgique et chaleureux. Par l’auteur de Souvenirs de la mer assoupie et de Tohu Bohu.


Mon avis :

Au sein de ce manga aux tendres illustrations s’invite une histoire d’été, douce et habillée d’un onirisme certain. « Un été à Tsurumaki » est avant tout une étrange histoire, celle d’un petit garçon qui parle aux plantes. Ce postulat, signe le point de départ d’un récit plus universel, empreint de références tant surréalistes qu’enfantines.

C’est avec fascination que nous plongeons au coeur d’un monde parallèle, fantastique et féérique, celui d’un manga aux traits affirmés et dessinés avec subtilité. Chaque page oscille entre réalité et fantastique, offrant au lecteur une histoire aux contours flous, sensibles et poétiques.

C’est le dernier jour d’école avant les vacances d’été… Seulement un événement inhabituel va bouleverser le quotidien du petit garçon que nous suivons, et celui de toute sa ville. En effet, les plantes vont envahir chaque parcelle de béton et recouvrir l’univers quotidien des habitants de la région. Alors, il va devoir faire son possible pour réparer ses erreurs et celles de ses proches, et ce, afin de rendre à la nature ce qui lui a été dérobé…

Définit par sa mise en page presque stricte, rappelant celle d’une Bande Dessinée plus traditionnelle, ce manga s’affirme dans ses partis prit, qui lui offrent son caractère unique. Seuls les bulles de texte, aux formes légères et rebondies s’échappent des cases, transcrivant la rigidité première d’une mise en page plus classique.

Au sein de l’univers graphique paisible et emplit d’imagination de Shin’ya Komatsu, le lecteur voyage entre des pages investies par un trait caractéristique, bien loin des traditionnels manga « classique ».

C’est agréable à lire, simple tout en abordant, sous couvert d’une histoire légère, des questionnements sur le climat et la nature qui nous entoure. Ainsi, une petite morale semble se révéler sous ce récit onirique, offrant de la profondeur a cette petite histoire pleine de sensibilité.

Publicité

2 réflexions sur “« Un été à Tsurumaki » : une douce histoire estivale

  1. Hello ^^
    J’adore ton blog, ce livre m’intrigue vraiment, il a l’air génial😊
    Continue comme ça !
    Moi je tiens un blog de lecture mais pas que, ça me ferait vraiment plaisir si tu y jetais un coup d’oeil ! Pour cela, il faut cliquer sur mon pseudo 🙂
    Bisous et bon courage😘

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s