J’ai trouvé LE manga qui me correspond : « Blue Period »

Titre : Blue Period

Auteur : Tsubasa Yamaguchi

Éditions : Pika

Publication : 20 Janvier 2021

Genre : Manga Seinen

Thèmes : Art, Passion, Concours, Études, Compétition

Pages : 228

Prix : 7€50


Résumé :

Yatora est un lycéen banal qui n’a pas vraiment d’ambition. Un jour, il aperçoit par hasard le tableau peint par une camarade de classe en cours d’arts plastiques : un événement qui va bouleverser sa vie et le projeter dans des sphères où il n’aurait jamais pensé entrer !


Mon avis :

S’il y a bien un manga qui m’a marqué ces derniers mois, il s’agit de « Blue Period ». Questionnant avec intelligence et recul la passion, la complexité des parcours scolaire dans le domaine de l’expression artistique et convoquant avec justesse des techniques de dessin, de réflexions autour de la couleurs, de la composition mais aussi de la personnalité inscrite dans le travail plastique, ce manga est un énorme coup de coeur !

Lycéen comme les autres, Yatora n’a pas vraiment d’ambition et se contente de faire plaisir à ses amis et d’être l’adolescent que tout le monde attend de lui. Seulement, au détour d’une salle de classe, il aperçoit par hasard le tableau peint par une de ses camarades de classe du cours d’art plastique. Cet évènement, presque anodin, va déclencher chez Yatora un bouleversement. Se projetant désormais dans une sphère nouvelle : celle de l’expression plastique, le garçon va changer du tout au tout, explorant sa passion naissante et ses sentiments avec ferveur et acharnement. Face à cette animation nouvelle pour l’art qui le dévore, il décide de tout faire pour intégrer l’école d’art de Geidai.

D’ailleurs, de nombreuses oeuvres d’élèves de Geidai ponctuent la saga, apportant profondeur aux propos de Tsubasa Yamaguchi.

La force de la saga réside dans les nombreux renseignements proposés par l’auteur. Comprendre le fonctionnement des concours d’entrée en école d’art n’a rien d’aisé. Pour être passée dans ce circuit fermé et plutôt élitiste, je trouve que le manga est fidèle. D’ailleurs la psychologie du personnage est d’une réalité marquante qui m’a rappelé mon propre parcours et mes propres réflexions quant à la légitimité et la qualité de mon travail. C’est la première fois que je m’identifie autant à un personnage et cela est presque déstabilisant !

L’éveil de Yatora à l’art touche aussi ses proches. Tsubasa Yamaguchi parvient à retranscrire l’évolution des relations du garçon avec ceux-ci sous plusieurs coutures, une point de vue presque inespéré dans un format aussi succinct que le manga. On comprend alors que l’art peut changer une vie et la perception du monde. Aussi, la justesse dans la réflexion du développement de la relation d’un artiste en devenir, à son art m’a beaucoup plu. Entre autre, le magaka nous pousse à nous interroger : est-ce véritablement le talent qui fait l’oeuvre ?

« Blue period » est donc à mes yeux une véritable réussite car il parvient à lui seul à questionner de nombreuses facettes de l’art mais surtout à interroger la passion avec une aisance ahurissante. À découvrir que vous soyez passionné par l’art ou non !

Publicité

2 réflexions sur “J’ai trouvé LE manga qui me correspond : « Blue Period »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s