« L’indien de la Tour Eiffel », un album jeunesse fort par son ambiance et son histoire

Titre : L’indien de la Tour Eiffel

Auteur : Fred Bernard

Illustrateur : François Roca

Éditions : Seuil Jeunesse

Publication : 15 Octobre 2004

Genre : Album Jeunesse Historique

Thèmes : Spectacle, Racisme, Paris, Romance

Pages : 34

Prix : 22€


Résumé :

Paris, printemps 1889. La tour de 300 mètres est achevée. Gustave Eiffel est content. Billy Powona n’a vécu que pour ça et pour la beauté et la douceur de La Garenne pendant deux ans. Ah, La Garenne, le cabaret de la Bête à Bon Dieu, Montmartre et ses artistes ! Billy était heureux. Mais Nicéphore Palamas, un homme d’argent qui sent la mort, est de retour. Il veut La Garenne, rien de moins. Et il est prêt à tout pour l’avoir, et surtout au pire.
Quand l’amour soulève des montagnes, il écrase tout sur son passage !


Mon avis :

Se plonger dans un album est toujours une véritable aventure, et ce d’autant plus lorsque le format de celui-ci s’accorde à offrir une lecture immersive. « L’indien de la Tour Eiffel » est de ces magnifiques albums animés par de splendides illustrations pleines pages. Portées par un texte tragique, la poésie des images s’accorde au déroulé de l’histoire qui se veut complexe dans sa construction narrative ainsi que dans sa tournure écrite.

Véritable plongée au sein du Paris de la fin des années 1880, « L’indien de la Tour Eiffel » est un album touchant parvenant à s’habiller d’un caractère tragique. L’histoire est singulière pour un album jeunesse. Elle est percutante, aborde des thématiques fortes telles que le racisme, le colonialisme ou encore l’exploitation humaine. Prenant corps sous une histoire d’amour émouvante, ces thématiques interpellent…

Nous faisons la rencontre de Billy Powona, qui n’a vécu, ces deux dernière années, que pour la tour de 300 mètres qui vient d’être achevée et surplombe désormais la capitale, ainsi que pour La Garenne, la belle et élégante jeune femme avec qui il rêve de partager sa vie. Billy était heureux, mais Nicéphore Palamas, un terrible homme d’argent, prêt à tout, veut lui aussi la Garenne et pour cela il est prêt à tout. Mais Billy, homme émérite est prêt à tous pour sauver son amour et finir sa vie aux côtés de sa bien aimée…

Tragique histoire qui commence par l’annonce de la mort de nombreux personnages dont les héros, « L’indien de la Tour Eiffel » se construit comme un policier, retraçant au fil de l’histoire la véritable raison de cette finalité dramatique.

Sans pour autant perdre ses lecteurs, Fred Bernard use d’un procédé narratif particulier. L’auteur s’adresse directement à Billy Powona, son personnage principal, semant parfois le trouble mais accaparant l’attention du lecteur tout en offrant une narration forte et particulièrement interessante à découvrir.

C’est avec avidité que le lecteur se plonge aisément dans les illustrations de François Roca, s’empreignant des ambiances marquées et saisissantes transcrites à travers un travail minutieux, tant d’un point de vue colorimétrique qu’historique. Cet album est sans nul doute une belle découverte pour l’alliance surprenante entre les styles narratif et graphique de ses auteurs, aux partis pris marqués ! À découvrir à tous âges pour sa poésie et sa part tragique !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s